Temesis Pôle d'expertise au service des professionnels du Web

L'accompagnement qualité Web et accessibilité.

Accueil > Ressources > Articles > Le métier > Pourquoi l’accessibilité numérique

Le métier

Pourquoi l’accessibilité numérique

Auteur(s) : Elie Sloïm

Publié le : 29 novembre 2007

Résumé :

A l’heure où certains pays se dotent d’une législation nationale sur l’accessibilité numérique, cet article paru initialement sur le site OpenWeb rappelle les enjeux internationaux de l’accessibilité, et l’ensemble de ses bénéfices sociaux, financiers, techniques et managériaux.

 Introduction

Comme d’autres pays avant elle, et espérons-le comme bien d’autres à venir, la France s’est dotée en février 2005 d’une loi contenant un article imposant la mise en conformité des sites de l’Etat aux normes internationales d’accessibilité. Cet article 47 indique que les services de communication publique en ligne des services de l’Etat, des collectivités territoriales et des établissements publics qui en dépendent doivent être accessibles aux personnes handicapées.

C’est une excellente nouvelle, qui a été saluée par l’immense majorité des acteurs de l’accessibilité numérique. Toutefois, de grandes incertitudes subsistent sur le délai laissé aux administrateurs de sites pour mettre ceux-ci en conformité. Les décrets d’application de cette loi n’ont pas encore été publiés.

Quel que soit le type de décret qui sera définitivement retenu, réduire l’importance de l’accessibilité numérique à un décret national serait une grave erreur de perception.

Il importe de dire que le cadre législatif et les obligations qui en découlent ne sont pas la raison fondamentale pour agir.

L’accessibilité des services en ligne de l’Etat, mais également des associations et sociétés privées, ne se réduira jamais à une obligation légale française. Dans de multiples pays qui ne sont pas dotés d’une législation spécifique en la matière, notamment des pays en voie de développement, il est aussi urgent d’agir, non pas sur la base d’arguments juridiques mais de l’intérêt social, financier, déontologique et managérial d’une telle démarche.

L’accessibilité numérique est un levier puissant qui peut non seulement faciliter la vie des personnes handicapées, mais également améliorer la qualité des sites, faire baisser les coûts de conception et de maintenance, améliorer l’ergonomie, rationaliser les contenus, favoriser la multiplication des usages personnalisés (synthèse vocale, personnalisation de l’environnement graphique,etc.)...

Par cet appel et cette action positive d’explication, nous souhaitons attirer l’attention des différents publics impliqués (managers publics et privés, techniciens, agents publics, journalistes, prestataires...) sur l’intérêt de l’accessibilité numérique.

 L’accessibilité numérique, qu’est-ce que c’est ?

L’accessibilité a été définie comme le fait de Mettre le Web et ses services à la disposition de tous les individus, quelque soit leur matériel ou logiciel, leur infrastructure réseau, leur langue maternelle, leur culture, leur localisation géographique, ou leurs aptitudes physiques ou mentales.

Cette définition ne relève pas de l’utopie :

-* Contrairement à ce que l’on pourrait croire, une personne aveugle, une personne tétraplégique ou encore handicapée moteur cérébral peuvent naviguer sur Internet. L’utilisation éventuellement conjointe d’outils spécifiques comme des logiciels (lecteurs d’écran), des périphériques d’entrée (souris, claviers, micros, trackballs, etc...) ou encore des périphériques de sortie (synthèse vocale, plage Braille, tec..) permettent à tout un chacun de consulter des pages web avec plus ou moins de difficultés selon que son accessibilité a été prise en compte ou non par ses responsables. Des standards techniques ont notamment été définis pour aider cette prise en compte : les WCAG (Web Content Accessibility Guidelines), sont publics et datent de 1999. -* En pratique, cette prise en compte globale et le respect de ces normes techniques demande des efforts de la part des administrateurs de sites, des créateurs de contenus, des directions informatique et communication et plus généralement de toute personne qui intervient dans la conception et la maintenance d’un site. Le travail pour mettre un site en conformité est important mais absolument pas irréaliste. Il est en effet assez facile d’atteindre rapidement un niveau minimal d’accessibilité, en respectant un certain nombre de règles simples. -* Il est également essentiel de savoir que les efforts réels menés en matière d’accessibilité auront des effets bénéfiques à de très nombreux niveaux par la suite.

 L’accessibilité numérique pour les personnes handicapées

Les personnes handicapées utilisent Internet et ses services grâce à des matériels et/ou des logiciels adaptés. Dans leur vie quotidienne, ils peuvent utiliser les sites Internet :

-* Pour s’informer, ce qui n’est pas toujours simple avec les moyens de communication classiques ; -* Pour se former via les sites de e-learning ; -* Pour communiquer avec leurs proches, via le mail et les autres services en ligne de communication (messagerie instantanée, webmail) ; -* Pour effectuer des démarches administratives en ligne s’ils ne souhaitent ou s’ils n’ont pas la possibilité de se rendre physiquement aux guichets de l’administration ;

-* Pour mener à bien ou développer leurs activités professionnelles ; -* Pour effectuer leurs achats en ligne, sachant que le fait d’être livré chez soi n’est pas un luxe réservé aux personnes valides ; -* Pour se cultiver ou pour leurs loisirs (livre numérique, etc.)

 L’accessibilité numérique pour tous les publics

Mais il serait tout à fait réducteur d’affirmer que les difficultés d’accès aux services en ligne sont réservées aux personnes handicapées. Pour un ensemble non négligeable de publics, le Web n’est pas un outil simple à utiliser. Citons dans le désordre :

-* Les personnes encore connectées en bas débit ;

-* Les seniors qui sont de plus en plus nombreux et de plus en plus nombreux à utiliser Internet, et qui ont souvent des difficultés spécifiques motrices et de vision ;

-* Les personnes peu compétentes au niveau informatique ;

-* Les personnes équipées de configurations spécifiques (navigateurs, logiciels d’aide, résolution d’écran), ou de matériels différents (systèmes d’exploitation, assistants digitaux, téléphones portables Internet...).

Tous ces publics, qui sont bien moins minoritaires que l’on ne pourrait le penser, rencontrent régulièrement ou de manière sporadique des difficultés à naviguer sur Internet, tout particulièrement sur les sites qui ne respectent pas les standards internationaux de structure et d’accessibilité.

La mise en conformité aux standards d’accessibilité tend à diminuer ces difficultés. En respectant les standards, les administrateurs fournissent un contenu et des services à l’ensemble des publics et laissent ces publics afficher, représenter ou énoncer ces contenus en fonction de leur configuration et de leurs compétences spécifiques. En pratique, la cible visée par les sites en question augmente, et le nombre de personnes exclues diminue.

 L’accessibilité numérique pour rationaliser les contenus et améliorer l’ergonomie des sites

La mise en conformité envers les standards d’accessibilité conduit à se poser avec une plus grande acuité les questions inévitables : "A quoi sert le site ?" ; "Quels sont les contenus proposés ?", et à y ajouter celle-ci : "Comment faire en sorte qu’ils soient accessibles à tous ?" Le simple fait de se poser ces questions conduit à analyser et à hiérarchiser les contenus, à les trier, à les marquer, à soigner leur expression et leur compréhension.

En pratique, les administrateurs feront pour leur site Web ce que fait tout un chacun lorsqu’il produit un document informatique, c’est à dire l’organiser clairement, y intégrer des titres, expliciter les abréviations ou encore le sens de certaines images. Cette réflexion conduit le plus souvent à rationaliser les contenus au profit de tous. Au-delà, elle induit une séparation du fond et de la forme qui permet d’harmoniser les modes de navigation sur l’ensemble du site, même si ses contenus sont divers, procurant ainsi un net gain ergonomique.

Ces processus sont bénéfiques des deux côtés : un visiteur, handicapé ou non, verra s’afficher des contenus mieux structurés, dans un interface plus intuitive et moins contraignante. Les administrateurs, pour leur part, bénéficieront d’une structure de contenu rigoureuse, plus facile à maintenir, dans une interface plus évolutive.

 L’accessibilité numérique pour améliorer l’interopérabilité

L’accessibilité numérique induit l’adoption de standards techniques qui sont également à la base de l’interopérabilité des contenus et des services : le respect des grammaires structurelles et la séparation du contenu, de la présentation et des comportements sont un pas décisif pour qu’un site puisse être traité par tout l’éventail des clients actuels et de ceux en émergence (navigateurs classiques, navigateurs et terminaux vocaux, mobiles, mais aussi services en ligne exploitant les contenus existants). De plus, ces standards garantissent l’accès au contenu quel que soit le système d’exploitation. Enfin, alors que se diversifient à la fois les moyens d’accès au Web et les contenus multimédias, l’accessibilité numérique repose également sur la mise en oeuvre de contenus alternatifs disponibles quelles que soient les contraintes du périphérique d’accès.

 L’accessibilité numérique pour mieux gérer les projets Internet

L’accessibilité peut être une démarche fédératrice dans la gestion de projet et le travail collaboratif entre différents services d’une organisation (direction informatique, direction communication, direction des ressources humaines) : c’est un thème mobilisateur, à forte résonance déontologique et éthique ; il conduit à adopter une norme, un standard, un ensemble d’éléments sur lesquels les différents intervenants n’ont plus à se mettre d’accord mais qu’ils s’entendent à respecter. L’accessibilité peut ainsi contribuer à désamorcer les conflits potentiels entre acteurs à la culture et aux compétences fort différentes.

En les clarifiant et en les séparant, l’accessibilité numérique améliore également la réutilisabilité des contenus et des modes de présentation, et facilitent l’évolutivité des sites Internet. Par ce même mécanisme, il permet de réduire considérablement la dépendance vis-à-vis des prestataires Internet : un site accessible peut évoluer bien plus facilement, aussi bien du point de vue de sa présentation que de ses contenus.

 L’accessibilité numérique pour diminuer les coûts

L’accessibilité a de toute évidence un coût immédiat (formation des responsables et des webmestres, mise aux normes des contenus existants, suivi de la démarche). Mais celui-ci peut, à terme, être source d’économies, grâce :

-* à une gestion plus aisée de contenus et de présentations mieux maîtrisés (moindre coûts de maintenance) ;

-* à l’acquisition de compétences rendant l’équipe plus apte à s’adapter aux évolutions du Web (prise en compte des nouveaux medias vocaux, ou internationalisation du site par exemple).

D’autres bénéfices peuvent en découler :

-* Compétences et maîtrise accrues réduisent les temps de développement, et donc les coûts de production ;

-* L’allègement du poids des pages grâce à une meilleure structure et à la séparation du contenu et de la présentation peut diminuer de manière spectaculaire les coûts d’opération (bande passante, hébergement, stockage) ;

-* Cette meilleure structuration des contenus peut contribuer à réduire les coûts éditoriaux en facilitant le travail des rédacteurs par le biais de gabarits, de modèles et de règles d’organisation des contenus qu’ils produisent, contenus dont la relecture finale sera simplifiée ;

-* L’exigence de conformité du code aux grammaires formelles entraîne l’adoption d’outils de gestion des contenus et d’édition tournés vers les nouveaux standards (XML en particulier) ;

-* Enfin, une meilleure interopérabilité et une plus grande lisibilité des contenus (alternatives au multimédia, métadonnées) peuvent diminuer les coûts liés au référencement en rendant les contenus plus accessibles aux moteurs de recherche, sans faire systématiquement appel à des prestataires externes.

 Autant de bonnes raisons pour agir

Il est extrêmement difficile de chiffrer les gains sociaux et financiers de l’accessibilité numérique pour l’ensemble de la communauté. Pour ce faire, nous devons bien sûr prendre en compte les coûts initiaux, qui sont loin d’être nuls, mais aussi l’ensemble des retombées que l’on peut en attendre. Ainsi, pour les milliers de sites de l’état, le gain en hébergement, en bande passante, en temps de développement, en budgets alloués aux prestataires web est à l’évidence considérable. L’argent public ainsi économisé pourrait véritablement être alloué au développement de nouveaux contenus et services et non à de multiples refontes complètes de sites Internet. La diminution induite des coûts actuels de non qualité générés par le non respect des standards d’accessibilité représente, elle aussi, un gisement considérable d’économies. Chaque page inaccessible, chaque échec de connexion, chaque téléchargement inutile, chaque difficulté de navigation cache un coût apparemment minime, mais qui à l’échelle du web représente à l’évidence une masse financière. Pertes de temps, consommation de ressources, temps dédié à la gestion des anomalies, coût de redéveloppement et de réparation des sites, tous ces éléments viennent grever une note déjà lourde.

Il est plus que temps de comprendre que les activités en ligne ne sont plus artisanales mais industrielles, et que dans toute activité industrielle, le respect des standards est le minimum que l’on puisse attendre de tout acteur impliqué. N’attendons pas d’éventuelles obligations légales : commençons à travailler sur nos sites, cessons la fuite en avant qui nous conduit exclusivement à chercher en permanence de nouveaux contenus et services. Consolidons nos activités actuelles. Les contenus et services que nous proposerons demain n’en seront que plus solides.

Temesis est membre du W3C Temesis est une société de conseil, de formation et d'édition de logiciels. Elle a été créée à la fin de l'année 2000 par des spécialistes de la qualité des services en ligne. La société a bientôt 15 années d'expérience dans le domaine de l'amélioration de la qualité et de l'accessibilité des sites Internet. Les rubriques ci-dessous vous permettront de mieux nous connaître.

Temesis - SAS au capital de 111 776€ - 18, rue Lucien Granet 33150 - Cenon - France - +33 5 56 401 402